La Parole faite chair :
déclaration de ligonier sur la Christologie (2015)

 
Sommaire

  1. Préface

  2. La Parole faite chair

  3. Déclarations & Contestations

Préface

 

Toutes les questions d'identité sont résolues en Christ. En tant que chrétiens, ce ne sont pas nos talents et notre arrière-plan personnel, quelle que soit leur importance, qui nous définissent, mais le fait que nous sommes en Christ par la foi et par conséquent de nouvelles créatures (2 Cor. 5:17). C'est l'identité de notre Sauveur qui donne leur signification entière à ces mots. C'est sur Sa personne et Son œuvre que repose l'étendue de notre salut. Il est la tour forte dans laquelle nous sommes gardés à l'abri de la colère de Dieu. Et Il restaurera toutes choses sous le règne de notre Créateur.

 

Dès le début de l'église chrétienne, les croyants ont professé un lien indissociable entre qui est le Christ et ce que fait le Christ. Savoir qui Il est nous aide à comprendre Son œuvre, et savoir ce qu'Il a fait éclaire notre compréhension de Sa personne. Il s'ensuit que toute atteinte à la compréhension qu'a l'église de la personne du Christ affecte la compréhension qu'a l'église de Son œuvre et vice versa. Toute controverse relative à notre salut et à la signification de l'union à Christ nous met face à notre compréhension de l'identité du Christ, car notre compréhension de Sa personne et de Son œuvre affectera tout le champ de notre théologie et de nos pratiques.

 

Il est donc essentiel que nous saisissions bien ce que l'Écriture dit à propos de la personne et de l'œuvre du Christ. Si nous le faisons, tout le reste de notre théologie devrait se mettre en place correctement. Cet outil se propose d'aider les personnes à connaître qui est le Christ et ce qu'Il a fait, afin de comprendre la gloire de l'Évangile et qui nous sommes en Lui.

 

RC Sproul

 

Octobre 2015 Sanford, Floride, Etats-Unis

La Parole faite chair

 

Nous confessons le mystère et le miracle

de Dieu fait chair

et nous nous réjouissons de notre grand salut

en Jésus-Christ notre Seigneur.

 

Avec le Père et l'Esprit Saint,

Il a créé toutes choses,

soutient toutes choses et renouvelle toutes choses.

 

Pleinement Dieu,

Il est devenu pleinement homme,

deux natures en une seule personne.

 

Par la puissance du Saint-Esprit,

Il est né de la Vierge Marie

et a vécu parmi nous.

Crucifié, mort, et enseveli,

Il est ressuscité le troisième jour,

Il est monté au ciel,

et Il reviendra.

 

Pour nous,

Il a accompli la Loi,

expié le péché,

et satisfait la colère de Dieu.

Il a pris nos vêtements souillés

et nous a donné

Sa robe de justice.

 

Il est notre Prophète, notre Prêtre et notre Roi,

édifiant Son église,

intercédant pour nous,

et régnant sur toutes choses.

 

Jésus-Christ est Seigneur ;

nous louons Son saint Nom à jamais.

 

Amen.

Déclarations & Contestations

 

Avec preuves tirées de l’écriture.

 

ARTICLE 1

 

Nous déclarons que Jésus Christ est l’incarnation dans l'Histoire de la Parole éternelle de Dieu, ou Logos ; la seconde personne de la Sainte Trinité. 1

 

Nous contestons que Jésus soit seulement un homme ou une création fictive de l'Église chrétienne primitive.


1. Au commencement, la Parole existait déjà. La Parole était avec Dieu et la Parole était Dieu. Et la Parole s’est faite homme, elle a habité parmi nous, pleine de grâce et de vérité, et nous avons contemplé sa gloire, une gloire comme celle du Fils Unique venu du Père (Jean 1:1, 14). Voir aussi Ps. 110:1 ; Matt. 3:17; 8:29; 16:16; Marc 1:1, 11; 15:39; Luc 22:70; Jean 1:14; 10:30; 14:1; 20:28; Gal. 4:4; Phil. 2:6; Col. 2:9; Héb. 5:7; 1 Jean 5:20.

ARTICLE 2

Nous déclarons que la nature divine de Jésus est consubstantielle (homoousios) et par conséquent co-égale et co-éternelle avec le Père et le Saint-Esprit.2

 

Nous contestons que Jésus soit simplement « comme Dieu » (homoiousios) ou qu’Il ait simplement été « adopté » par le Père comme Son Fils.

 

2. Allez [donc], faites de toutes les nations des disciples, baptisez-les au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit (Matt. 28:19). Voir aussi Jean 3:15-16; 4:14; 6:54; 10:28; Rom. 5:21; 6:23; 2 Cor. 13:14; Eph. 2:18; 2 Tim. 1:9; 1 Pierre 5:10; Jude 1:21.

 

ARTICLE 3

 

Nous déclarons, avec le Symbole de Nicée et le Crédo de Chalcédoine, que Jésus Christ est à la fois pleinement Dieu et pleinement homme, deux natures unies en une personne divine.3

 

Nous contestons que Jésus ait seulement eu une apparence humaine, et nous contestons que Jésus soit d'une quelconque façon inférieur à Dieu.

 

3. En effet, c’est en lui qu’habite corporellement toute la plénitude de la divinité (Col. 2:9). Voir aussi Luc 1:35; Jean 10:30; Rom. 9:5; 1 Tim. 3:16; 1 Pierre 3:18.

 

ARTICLE 4

 

Nous déclarons, avec le Crédo de Chalcédoine, que les deux natures de Christ sont unies dans Sa divine personne sans mélange, confusion, division ou séparation, chacune des deux natures conservant ses propres attributs.4

 

Nous contestons l'idée selon laquelle faire une distinction entre les deux natures serait les séparer.

 

4. Simon Pierre répondit : « Tu es le Messie, le Fils du Dieu vivant ». Jésus reprit la parole et lui dit : « Tu es heureux, Simon, fils de Jonas, car ce n’est pas une pensée humaine qui t’a révélé cela, mais c’est mon Père céleste » (Matt. 16:16-17). Voir aussi Luc 1:35, 43; Jean 1:1, 3; 8:58; 17:5; Actes 20:28; Rom. 1:3; 4:1; 9:5; 2 Cor. 8:9; Col. 2:9; 1 Tim. 3:16; 1 Pierre 3:18; Jude 1:4; Apoc. 1:8, 17; 22:13.

 

ARTICLE 5

 

Nous affirmons l’union hypostatique, selon laquelle, lors de l’incarnation, tant la nature divine que la nature humaine conservent leurs propres attributs et demeurent inchangées.5

 

Nous contestons que la nature humaine de Jésus ait eu des attributs divins ; nous contestons que sa nature divine ait communiqué des attributs divins à sa nature humaine ; et nous contestons que Jésus ait mis de côté ou abandonné un de Ses attributs divins quand Il « s’est abaissé » Lui-même lors de son incarnation.

 

5. Il concerne son Fils qui, en tant qu’homme, est né de la descendance de David et qui, du point de vue de l’Esprit Saint, a été déclaré Fils de Dieu avec puissance par sa résurrection : Jésus Christ notre Seigneur (Romains 1:3-4). Voir aussi Matt. 9:10; 16:16; 19:28; Jean 1:1; 11:27, 35; 20:28; Rom. 9:5; Eph. 1:20-22; Col. 1:16-17; 2:9-10; 1 Tim. 3:16; Héb. 1:3, 8-9; 1 Pierre 3:18; 2 Pierre 1:1.

 

ARTICLE 6

 

Nous déclarons que Jésus est l'image parfaite et suprême de Dieu, et qu'être pleinement humain c'est être conforme à Son image.

 

Nous contestons que la nature humaine de Jésus ait été celle d'un fantôme ou qu'elle ait seulement "semblé" être de chair et d'os (docétisme).

 

6. Le Fils est l’image du Dieu invisible, le premier-né de toute la création. En effet, c’est en lui que tout a été créé dans le ciel et sur la terre, le visible et l’invisible, trônes, souverainetés, dominations, autorités. Tout a été créé par lui et pour lui.(Col. 1:15-16). Voir aussi Rom. 8:29; 2 Cor. 4:4-6; Eph. 4:20-24; Héb. 1:3-4.

 

ARTICLE 7

 

Nous déclarons qu'étant pleinement homme le Christ possède toutes les limites naturelles et les infirmités communes à la nature humaine, et qu'il est comme nous à tous égards mis à part le péché.

 

Nous contestons que Jésus ait péché, et nous contestons toute opinion qui dirait que Jésus n'a pas vraiment expérimenté la souffrance, la tentation, et les difficultés. Nous contestons aussi que le péché soit inhérent à la nature humaine même ou que la perfection de Jésus soit incompatible avec le fait qu'il soit pleinement humain.

 

7. Par conséquent, il devait devenir semblable en tout à ses frères afin d’être un grand-prêtre rempli de compassion et fidèle dans le service de Dieu pour faire l’expiation des péchés du peuple. En effet, comme il a souffert lui-même lorsqu’il a été tenté, il peut secourir ceux qui sont tentés. (Héb. 2:17-18). Voir aussi Mic. 5:2; Luc 2:52; Rom. 8:3; Gal. 4:4; Phil. 2:5-8; Héb. 7:15.

 

ARTICLE 8

 

Nous déclarons que le Jésus historique fut, dans son humanité et par la puissance de l'Esprit Saint, conçu miraculeusement à partir de la Vierge Marie, puis né d'elle.

 

Nous contestons que Jésus ait reçu sa nature divine de Marie, ou que sa perfection soit venue d'elle en quoi que ce soit.

 

8. Le sixième mois, l’ange Gabriel fut envoyé par Dieu dans une ville de Galilée, appelée Nazareth, chez une vierge fiancée à un homme de la famille de David, appelé Joseph. Le nom de la vierge était Marie. (Luc 1:26-27). Voir aussi Matt. 1:23; Luc 1:31, 35; Rom. 1:3; Gal. 4:4.

 

ARTICLE 9

 

Nous déclarons que Jésus est le second ou le nouvel Adam qui a réussi dans sa tâche en tout point là où le premier Adam avait échoué.

 

Nous contestons l'idée que Jésus ait hérité d'Adam les effets ou les conséquences de sa chute, ou qu'il ait reçu la corruption du péché originel.

 

9. C’est pourquoi, de même que par un seul homme le péché est entré dans le monde, et par le péché la mort, de même la mort a atteint tous les hommes parce que tous ont péché. En effet, avant que la loi ne soit donnée, le péché était déjà dans le monde. Or, le péché n’est pas pris en compte quand il n’y a pas de loi. Pourtant la mort a régné depuis Adam jusqu’à Moïse, même sur ceux qui n’avaient pas péché par une transgression semblable à celle d’Adam, qui est l’image de celui qui devait venir. Mais il y a une différence entre le don gratuit et la faute. En effet, si beaucoup sont morts par la faute d’un seul, la grâce de Dieu et le don de la grâce qui vient d’un seul homme, Jésus-Christ, ont bien plus abondamment été déversés sur beaucoup. Et il y a une différence entre ce don et les conséquences du péché d’un seul. En effet, c’est après un seul péché que le jugement a entraîné la condamnation, tandis que le don gratuit entraîne l’acquittement après un grand nombre de fautes. Si par un seul homme, par la faute d’un seul, la mort a régné, ceux qui reçoivent avec abondance la grâce et le don de la justice régneront à bien plus forte raison dans la vie par Jésus-Christ lui seul. Ainsi donc, de même que par une seule faute la condamnation a atteint tous les hommes, de même par un seul acte d’acquittement la justification qui donne la vie s’étend à tous les hommes. En effet, tout comme par la désobéissance d’un seul homme beaucoup ont été rendus pécheurs, beaucoup seront rendus justes par l’obéissance d’un seul. L’intervention de la loi a entraîné la multiplication des fautes, mais là où le péché s’est multiplié, la grâce a surabondé. Ainsi, de même que le péché a régné par la mort, de même la grâce règne par la justice pour la vie éternelle, par Jésus-Christ notre Seigneur. (Rom. 5:12-21). Voir aussi 1 Cor. 15:22, 45-49; Eph. 2:14-16.

 

ARTICLE 10

 

Nous déclarons que Jésus a entièrement accompli les exigences de la loi à la fois par son obéissance active et passive, et qu'Il a enduré la peine pour notre péché par Sa vie sans péché et Sa mort sur la croix.

 

Nous contestons que Jésus ait à aucun moment échoué à obéir à la loi de Dieu ou rejeté la loi de Dieu.

 

10. En effet, tout comme par la désobéissance d'un seul homme beaucoup ont été rendus pécheurs, beaucoup seront rendus justes par l'obéissance d'un seul (Rom. 5:19). Voir aussi Mt. 3:15 ; Jean 8:29 ; 2 Cor. 5:21 ; Phil. 2:8 ; Hébr. 5:8.

 

ARTICLE 11

 

Nous déclarons que Jésus est l'unique médiateur entre Dieu et les hommes.

 

Nous contestons que Dieu ait eu ou aura jamais d'autres incarnations ou qu'il y ait ou aura jamais d'autre médiateur humain pour la rédemption que le Seigneur Jésus-Christ. Nous rejetons en outre tout moyen de salut en dehors de Christ seul.

 

11. En effet, il y a un seul Dieu et il y a aussi un seul médiateur entre Dieu et les hommes: un homme, Jésus-Christ (1 Tim. 2:5). Voir aussi Job 33:23-28 ; Jean 14:6 ; Hébr. 9:15 ; 12:24.

 

ARTICLE 12

 

Nous déclarons qu'à la croix, Jésus est mort à notre place et a fait l’expiation de nos péchés, satisfaisant la colère et la justice de Dieu.

 

Nous contestons que la mort de Jésus ait seulement été un exemple, ou simplement une victoire sur Satan, ou le paiement d'une rançon à ce dernier.

 

12. C'est lui que Dieu a destiné à être par son sang une victime expiatoire pour ceux qui croiraient. Il démontre ainsi sa justice, puisqu'il avait laissé impunis les péchés commis auparavant, à l’époque de sa patience. Il la démontre dans le temps présent de manière à être juste tout en déclarant juste celui qui a la foi en Jésus (Rom. 3:25-26). Voir aussi Es. 53 ; Rom. 5:6, 8, 15 ; 6:10 ; 7:4 ; 8:34 ; 14:9, 15 ; 1 Cor. 15:3, 14-15 ; Eph. 5:2 ; 1 Thess 5:10 ; 2 Tim. 2:11 ; Hébr. 2:17 ; 9:14-15 ; 10:14 ; 1 Pierre 2:24-25 ; 3:18 ; 1 Jean 2:2 ; 4:10.

 

ARTICLE 13

 

Nous déclarons que grâce à la vie d’obéissance du Christ et sa mort, notre péché Lui est imputé et Sa justice nous est imputée par la foi.

 

Nous contestons que notre péché soit simplement ignoré ou passé sous silence, et nous contestons aussi que la justice de Christ ne nous soit pas imputée.

 

13. [En effet,] celui qui n'a pas connu le péché, il l'a fait devenir péché pour nous afin qu’en lui nous devenions justice de Dieu. (2 Cor. 5:21). Voir aussi Mt. 5:20 ; Rom. 3:21-22 ; 4:11 ; 5:18 ; 1 Cor. 1:30 ; 2 Cor. 9:9 ; Eph. 6:14 ; Phil. 1:11 ; 3:9 ; Hébr. 12:23.

 

ARTICLE 14

 

Nous proclamons la doctrine de la justification par la foi seule, qu'un pécheur est déclaré juste devant Dieu par la foi seule en la personne et l'œuvre de Christ seul, en dehors de toute œuvre ou mérite personnel. Nous affirmons en outre que nier la doctrine de la justification par la foi seule revient à nier l'évangile.

 

Nous contestons que nous soyons justifiés par une quelconque infusion de la grâce en nous ; que nous soyons justifiés seulement une fois que nous sommes devenus intrinsèquement justes ; ou que toute justification future sera basée sur notre fidélité.

 

14. Ainsi donc, déclarés justes sur la base de la foi, nous avons la paix avec Dieu par l’intermédiaire de notre Seigneur Jésus-Christ (Rom. 5:1). Voir aussi Luc 18:14 ; Rom. 3:24 ; 4:5 ; 5:10 ; 8:30 ; 10:4, 10 ; 1 Cor. 6:11 ; 2 Cor. 5:19, 21 ; Gal. 2:16-17 ; 3:11, 24 ; 5:4 ; Eph. 1:7 ; Tite 3:5, 7.

 

ARTICLE 15

 

Nous déclarons que le troisième jour Jésus est ressuscité d'entre les morts et qu'Il a été vu dans la chair par beaucoup.

 

Nous contestons qu'Il ait seulement paru mourir, ou que seul Son esprit ait survécu, ou que Sa résurrection ait seulement eu lieu dans le cœur de Ses disciples.

 

15. Je vous ai transmis avant tout le message que j'avais moi aussi reçu : Christ est mort pour nos péchés, conformément aux Ecritures ; il a été enseveli et il est ressuscité le troisième jour, conformément aux Ecritures. Ensuite il est apparu à Céphas, puis aux douze. (1 Cor. 15:3-5). Voir aussi Es. 53 ; Mt. 16:21 ; 21:1-5 ; 26:32 ; 28:1-10 ; Luc 24:50-51 ; Jean 3:13 ; 20:17 ; 21:14 ; Actes 1:9-11 ; 2:25, 32 ; 3:15, 26 ; 4:10 ; 5:30 ; 10:40 ; Rom. 6:9-10 ; Eph. 4:8-10 ; 1 Pierre 2:24-25.

 

ARTICLE 16

 

Nous déclarons que Jésus est les prémices de la résurrection, qu'Il a conquis à la fois le péché et la mort, et que nous ressusciterons aussi dans une vie nouvelle.

 

Nous contestons que le corps ressuscité glorieux de Jésus ait été un corps entièrement nouveau et différent de celui qui a été mis au tombeau, et nous contestons en outre que notre résurrection soit seulement une réalité spirituelle ou symbolique.

 

16. Christ est mort, et c’est pour le péché qu’il est mort une fois pour toutes; maintenant qu'il est vivant, c'est pour Dieu qu'il vit (Rom. 6:10). Voir aussi Rom. 5:10, 12, 14, 17 ; 6:4, 8, 11 ; 10:9 ; 1 Cor. 15:20, 23, 55 ; 2 Cor. 1:9 ; 3:7 ; 4:10-11 ; Eph. 2:6 ; Col 2:12 ; 2 Thess. 2:13 ; Hébr. 2:9, 14 ; 1 Jean 3:14 ; Ap. 14:4 ; 20:14.

 

ARTICLE 17

 

Nous déclarons que Jésus est monté à Son trône céleste à la droite de Dieu le Père, qu'Il règne actuellement en tant que roi, et qu'il reviendra de façon manifeste avec puissance et gloire.

 

Nous contestons que Jésus se soit trompé à propos de Son retour ou que Son règne ait été reporté à une période ultérieure dans le temps.

 

17. Alors que les apôtres étaient réunis, ils lui demandèrent : « Seigneur, est-ce à ce moment-là que tu rétabliras le royaume pour Israël ?» Il leur répondit : « Ce n'est pas à vous de connaître les temps ou les moments que le Père a fixés de sa propre autorité. Mais vous recevrez une puissance lorsque le Saint-Esprit viendra sur vous, et vous serez mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée, dans la Samarie et jusqu'aux extrémités de la terre. » Après avoir dit cela, il s'éleva dans les airs pendant qu'ils le regardaient et une nuée le cacha à leurs yeux. Et comme ils avaient les regards fixés vers le ciel pendant qu'il s'en allait, deux hommes habillés de blanc leur apparurent et dirent : « Hommes de Galilée, pourquoi restez-vous à regarder le ciel? Ce Jésus qui a été enlevé au ciel du milieu de vous reviendra de la même manière que vous l'avez vu aller au ciel. » (Actes 1:6-11). Voir aussi Luc 24:50-53 ; Actes 1:22 ; 2:33-35 ; Eph. 4:8-10 ; 1 Tim. 3:16.

 

ARTICLE 18

 

Nous déclarons que Jésus a déversé Son Esprit le jour de la Pentecôte, et que dans ce temps présent Jésus bâtit son église, dont Il est le chef suprême et le seul roi.

 

Nous contestons que Jésus ait nommé un vicaire en la personne de l'évêque de Rome, ou que toute personne autre que Jésus-Christ puisse être la tête de l'église ou son roi.

 

18. Il a tout mis sous ses pieds et il l'a donné pour chef suprême à l'Eglise (Eph. 1:22). Voir aussi 1 Cor. 11:3-5 ; Eph. 4:15 ; 5:23 ; Col. 1:18.

 

ARTICLE 19

 

Nous affirmons le rôle de médiation de Jésus en tant que Prêtre, Prophète et Roi ("munus triplex").

 

Nous contestons que l'œuvre de Jésus puisse être réduite à ces seuls offices de Prophète, Prêtre ou Roi.

 

19. Après avoir autrefois, à de nombreuses reprises et de bien des manières, parlé à nos ancêtres par les prophètes, Dieu, dans ces jours qui sont les derniers, nous a parlé par le Fils. Il l’a établi héritier de toute chose et c’est par lui aussi qu’il a créé l’univers. Le Fils est le reflet de sa gloire et l’expression de sa personne, il soutient tout par sa parole puissante. Après avoir accompli la purification de nos péchés, il s’est assis à la droite de la majesté divine dans les lieux très hauts. Il est ainsi devenu d’autant supérieur aux anges qu’il a hérité d’un nom bien plus remarquable encore que le leur. (Héb. 1:1-4). Voir aussi Luc 1:33; Jean 1:1-14; Actes 3:22; Col. 1:15; Héb. 5:5-6.

 

ARTICLE 20

 

Nous déclarons qu'en tant que Prophète, Jésus a proclamé la volonté de Dieu, prophétisé des événements futurs, et qu'il est en lui-même l'accomplissement des promesses de Dieu.

 

Nous contestons que Jésus ait jamais prononcé une fausse prophétie ou une parole erronée, ou qu'il aurait échoué ou échouera à remplir toutes les prophéties le concernant.

 

20.  "Maintenant, frères, je sais que vous avez agi par ignorance, tout comme vos chefs. Mais Dieu a ainsi accompli ce qu’il avait annoncé d’avance par la bouche de tous les prophètes, à savoir que son Messie devait souffrir. Changez donc d’attitude et convertissez-vous pour que vos péchés soient effacés ! Alors, des temps de rafraîchissement viendront de la part du Seigneur et il enverra le Messie qui vous était destiné, Jésus. C’est lui que le ciel doit accueillir jusqu’au moment de la restauration totale dont Dieu a parlé depuis longtemps par la bouche de ses saints prophètes. Moïse a dit : Le Seigneur votre Dieu fera surgir pour vous, parmi vos frères, un prophète comme moi; Vous l'écouterez dans tout ce qu'il vous dira." (Actes 3:17-22). Voir aussi Matt. 20:17; 24:3; 26:31, 34, 64; Marc 1:14-15; Luc 4:18-19, 21; Jean 13:36; 21:22; 1 Cor. 1:20; Héb. 1:2; Apoc. 19:10.

 

ARTICLE 21

 

Nous déclarons que Jésus est notre Grand Prêtre selon l'ordre de Melchisédek, accomplissant le sacrifice parfait en notre faveur et continuant à intercéder pour nous devant le Père.

 

Nous contestons que Jésus, étant de la tribu de Juda et non de celle de Lévi, est ainsi inapte pour être notre prêtre ; nous contestons que le Christ, en tant que victime et prêtre, continue de s'offrir lui-même comme sacrifice lors de la messe ; et nous contestons en outre que le Christ est devenu prêtre seulement au ciel, sans l'avoir été sur terre.

 

21. En effet, Christ n’est pas entré dans un sanctuaire fait par la main de l’homme, dans une simple copie du véritable, mais il est entré dans le ciel même afin de se présenter maintenant pour nous devant Dieu. Et ce n’est pas pour s’offrir lui-même plusieurs fois qu’il y est entré, comme le grand-prêtre qui entre chaque année dans le sanctuaire pour offrir un autre sang que le sien; si tel avait été le cas, il aurait dû souffrir plusieurs fois depuis la création du monde. Mais maintenant, à la fin des temps, il s’est révélé une seule fois pour abolir le péché par son sacrifice. Il est réservé aux êtres humains de mourir une seule fois, après quoi vient le jugement. De même, Christ s’est offert une seule fois pour porter les péchés de beaucoup d’hommes, puis il apparaîtra une seconde fois, sans rapport avec le péché, à ceux qui l’attendent pour leur salut. (Héb. 9:24-28). Voir aussi Jean 1:36; 19:28-30; Actes 8:32; 1 Cor. 5:7; Héb. 2:17-18; 4:14-16; 7:25; 10:12, 26; 1 Pierre 1:19; Apoc. 5:6, 8, 12-13; 6:1, 16; 7:9-10, 14, 17; 8:1; 12:11; 13:8, 11; 15:3.

 

ARTICLE 22

 

Nous déclarons qu'en tant que Roi, Jésus règne souverainement sur tout pouvoir terrestre et surnaturel, dès maintenant et à jamais.

 

Nous contestons que le royaume de Jésus ait été simplement un royaume politique de ce monde, et nous contestons que les dirigeants terrestres ne soient pas, en fin de compte, redevables envers lui de leurs actes.

 

22. En effet, il faut qu’il règne jusqu’à ce qu’il ait mis tous ses ennemis sous ses pieds. (1 Cor. 15:25). Voir aussi Ps. 110; Matt. 28:18-20; Luc 1:32; 2:11; Actes 1:16; 2:25, 29, 34; 4:25; 13:22, 34, 36; 15:16; Rom. 1:3; 4:6; 2 Tim. 2:8; Héb. 4:7; Apoc. 3:7; 5:5; 22:16.

 

ARTICLE 23

 

Nous affirmons que Jésus-Christ reviendra dans la gloire pour juger tous les peuples et vaincra enfin tous ses ennemis, détruira la mort, et inaugurera les nouveaux cieux et la nouvelle terre, où la justice régnera.

 

Nous contestons que son retour définitif ait eu lieu en l'an 70 et que sa venue et les événements l'accompagnant doivent être compris uniquement de manière symbolique.

 

23. Jésus nous a ordonné de prêcher au peuple et d'attester que c'est lui que Dieu a désigné juge des vivants et des morts (Actes 10:42) Voir aussi Jean 12:48; 14: 3; Actes 7: 7; 17: 31; 2 Tim. 4:1,8

 

ARTICLE 24

 

Nous affirmons que ceux qui croient au nom de Jésus seront accueillis dans son royaume éternel, mais ceux qui ne croient pas en Jésus subiront un châtiment conscient et éternel en enfer.

 

Nous contestons qu'au dernier jour, tous seront sauvés (universalisme); nous contestons en outre que ceux qui meurent sans la foi en Jésus-Christ seront complètement détruits (annihilationisme).

 

24. Le Fils de l'homme enverra ses anges, et ils arracheront de son royaume tous les pièges et tous ceux qui commettent le mal, et ils les jetteront dans la fournaise de feu où il y aura des pleurs et des grincements de dents. . Alors les justes resplendiront comme le soleil dans le royaume de leur Père. Que celui qui a des oreilles, qu'il entende (Matt. 13:41-43) Voir aussi Esaïe 25: 6-9; 65: 17-25; 66: 21-23; Dan. 7:13-14; Matt. 5: 29-30; 10:28; 18: 8-9; Marc 9: 42-49; Luc 1:33; 12:5; Jean 18:36; Colossiens 1: 13-14; 2 Thess. 1: 5-10; 2 Tim. 4:1, 18; Héb. 12:28; 2 Pierre 1:11; 2:4; Apocalypse 20:15.

ARTICLE 25

Nous affirmons que lorsque Jésus aura vaincu tous ses ennemis, il remettra son royaume au Père; que, dans les nouveaux cieux et la nouvelle terre, Dieu sera tout en tous; et que les croyants verront Christ face-à-face, seront rendus semblables à lui, et se réjouiront en lui pour toujours.

 

Nous contestons que cet état futur est uniquement spirituel ou purement symbolique, ou qu'il y ait tout autre espoir pour l'humanité ou tout autre nom par lequel le salut pourrait être obtenu si ce n'est par Jésus-Christ et lui seul.

 

25. Ensuite viendra la fin, quand il remettra le royaume à celui qui est Dieu et Père, après avoir anéanti toute domination, toute autorité et toute puissance. En effet, il faut qu'il règne jusqu'à ce qu'il ait mis tous ses ennemis sous ses pieds. Le dernier ennemi qui sera anéanti, c'est la mort. Dieu, en effet, a tout mis sous ses pieds. Mais lorsque Dieu dit que tout lui a été soumis, il est évident que c'est à l'exception de celui qui lui a soumis toute chose. Lorsque tout lui aura été soumis, alors le Fils lui-même se soumettra à celui qui lui a soumis toute chose, afin que Dieu soit tout en tous (1 Cor. 15:24-28). Voir aussi Esaïe 65:17; 66:22; Phil. 2: 9-11; 2 Pierre 3:13; 1 Jean 3: 2-3; Apocalypse 21: 1-5; 22: 1-5

Source